En quoi consiste un système d’information géographique ?

Système d'information géographique

Le Système d’Information Géographique, aussi connu sous l’acronyme SIG désigne un outil informatique permettant de stocker, d’analyser et de traiter les données géographiques et spatiales. Il déploie des logiciels variables, pour la gestion de l’ensemble des bases des données. Les informations seront ensuite utilisées pour différents projets, à ne citer que la gestion de réseaux ou encore la localisation de véhicules. 

La constitution d’une base de données géographiques

Le SIG système d’information géographique est une technologie de grande précision. Les professionnels de ce domaine produisent principalement des cartes détaillées, contenant des informations de qualité selon le type de projet. Ainsi, chaque carte présente des variables géographiques et temporelles, en plus de la prise en considération des indicateurs sociaux et agricoles. 

Il est bon de savoir que le SIG inclut 5 composantes interdépendantes, à savoir les logiciels, les données, les matériels informatiques, les savoir-faire et les utilisateurs. Les logiciels garantissent la saisie et la gestion des données. Il s’agit notamment de Mapinfo, Ascodes, Idrisi, Géoconcept ou Arcview. De plus, ils permettent le traitement et la mise en forme des informations géographiques, afin de vous faire profiter de la représentation du monde réel sur la carte. L’établissement de la cartographie sera par la suite optimisé, grâce à l’usage d’un Global Positioning System (GPS) ou d’un laser télémètre. La diffusion des résultats auprès de chaque client sera assurée par un serveur extranet ou intranet, selon les contrats établis.

L’analyse d’une base de données géographiques

Le SIG analyse les données à partir des graphes munis de légende non attributaire ou thématique. Ce dernier s’avère le plus fréquent car il propose un lien dynamique avec la carte. À partir d’une légende thématique, il est notamment plus facile de mettre à jour les données inscrites. 

Dans le cadre du traitement des données géographiques, de nombreux particuliers et professionnels s’adressent à des professionnels du sig système d’information géographique, pour la protection des biens et même des personnes. Le GPS peut désormais être installé sur un appareil mobile ou un véhicule, ce qui permet de savoir à tout moment la position géographique du titulaire du téléphone et du conducteur du véhicule. Des options d’alarmes peuvent d’ailleurs être mises en place, afin d’envoyer automatiquement ou manuellement un signal à un local de contrôle en cas de détresse : accident, cambriolage, panne, etc. 

Les utilisateurs du SIG ne sont pas forcément des techniciens. Après la réalisation d’un projet, les spécialistes font une passation complète au particulier ou au professionnel titulaire, qui souhaite utiliser le système d’information. Il est alors possible de prélever les données révélées par la carte, même en ignorant les détails techniques. Par exemple, le personnel qui s’occupe de la surveillance du trajet des véhicules de l’entreprise peut se contenter de l’enregistrement de la mobilité des voitures en temps et en heure. 

La représentation des données spatiales

Tout projet en système d’information géographique requiert l’intervention d’un expert. Aucun amateur ne pourra dessiner une cartographie numérique sans avoir des connaissances de base fiables. Que vous souhaitez élaborer un projet dans le cadre de l’urbanisme, ou bien établir un système de protection pour vos biens, il est obligatoire de contacter une entreprise spécialisée. Il convient ainsi de préparer un budget considérable pour les honoraires des spécialistes. Dès que vous avez en tête un projet lié au SIG, n’hésitez pas à demander un devis prévisionnel. 

Pour débuter un projet de ce type, il convient de délimiter la zone d’étude, c’est-à-dire le géoréférencement. Les coordonnées géographiques sur la carte seront détaillées, afin d’obtenir des couches superposables, et un vecteur sera déployé pour obtenir facilement une représentation conforme à la réalité.

La structuration des données spatiales 

Tous les projets SIG doivent passer par la topologie. Ceci consiste en une mise en relation des données enregistrées, pour permettre aux experts de définir une distance fixe autour des entités spatiales. Les informations seront par la suite plus fiables, et surtout faciles à exploiter. 

La plupart des projets SIG se concentrent sur la gestion environnementale d’un territoire. Les spécialistes analysent des données spatiales pour la valorisation d’un patrimoine naturel ou urbain, selon la demande des initiateurs du projet. Dans un premier temps, la gestion du cadastre est mise au point, afin que vous obteniez la version numérique des parcelles, et de vos coordonnées liées à la zone à étudier. Par la suite, les techniciens mènent un inventaire sur les éléments naturels et les infrastructures sur le lieu du projet. La carte contiendra ainsi les bâtiments professionnels et particuliers, les logements, les supermarchés, les arbres, les vergers familiaux ainsi que les sources d’eau. Afin d’obtenir des plans plus clairs, les supports de communication du SIG doivent contenir une photo aérienne ou sattélitale. Cela garantit la bonne réalisation du plan d’occupation des sols sur la zone étudiée.

A chaque collecte de données en système d’information géographique, il est obligatoire de mentionner la date et l’heure. Par exemple, les constructions rapides sur des terrains agricoles peuvent faire basculer, l’étude d’un système d’irrigation d’eau pour les rizières d’une région. 

Traitement mobile des eaux usées : tout comprendre
Solutions de stockage de carburant pour les professionnels